Une partie de deuil mémorable

Jean-Paul LAUTE avait été relevé de son serment le vendredi 20 décembre 2019 entouré des siens et de chevaliers de la Famille des Yvelines, il ne nous restait plus qu’à lui rendre un dernier hommage, lors d’une partie de deuil.

Cette dernière s’est déroulée dans son club d’Élancourt ce 1er février. Autour de son portrait, une cinquantaine de personnes dont une vingtaine de Chevaliers, son épouse et sa fille.

Jean-René Martin avait organisé une cérémonie empreinte de solennité, d’émotion et de symbolisme. Nous pouvons le remercier pour cette très belle organisation.

Une allée du Roy bordée de bougies avec des gardes, une butte d’attaque et une butte maîtresse avaient été représentées. Par dérogation à la tradition, pour des motifs pratiques et après accord du Roy et de l’Empereur d’Élancourt, l’allée du Roy a été empruntée par la bannière de notre Famille et celles des Compagnies présentes, suivies par la famille de Jean-Paul, des Chevaliers puis des Archers, pour saluer la butte d’attaque par le traditionnel “Mesdames et Messieurs les archers je vous salue”. Le cortège s’est ensuite dirigé vers la butte maîtresse pour la pour saluer de la même façon.

Sur cette butte était placée une des deux cartes qui allaient servir pour cette partie de deuil.

Par cette même allée, nous nous sommes à nouveau dirigés vers la butte d’attaque où étaient présentés le portrait de Jean-Paul ainsi qu’une seconde carte identique à la 1ère. Une flèche a été tirée en disant “Chevalier Jean-Paul je te salue”. Les Chevaliers qui en étaient chargés pouvaient tirer une autre flèche au nom de ceux qu’ils représentaient.

Une seconde flèche fut tirée sur la 2ème carte en disant traditionnellement “Adieu Chevalier Jean-Paul”.

La partie de deuil était terminée, les cartes ont été signées, l’une d’elle restera dans les archives d’Élancourt, l’autre a été remise à la famille de notre ami défunt.

Cette partie s’est achevée par un pot de l’amitié.

On ne meurt vraiment que lorsqu’on disparait de la mémoire des autres, Jean-Paul restera gravé dans la mémoire des siens, des archers d’Élancourt, et des Chevaliers de la Famille des Yvelines.

De là où il est, Jean-Paul est sûrement fière d’Élancourt, la Compagnie où il a tiré et œuvré de nombreuses années.

Lionel